Your address will show here +12 34 56 78
Digital

De nos jours, la transformation digitale est indispensable pour toute entreprise et s’inscrit dans la recherche d’une meilleure performance en constituant un atout concurrentiel très important. Alors qu’en 2020, le mode de fonctionnement des entreprises a été largement bouleversé par la crise sanitaire, la transition digitale s’est imposée comme nécessaire à la survie des entreprises. Voici quelques astuces pour mener à bien votre projet !

Pourquoi adopter la transformation digitale ?
La transformation digitale, au-delà d’être un atout par rapport à la concurrence, est devenue une sorte de norme pour toute entreprise. Depuis la démocratisation d’internet, les habitudes de consommation ont beaucoup changé ; les consommateurs ont de plus en plus recours à la toile et aux réseaux sociaux avant de prendre une décision. En France, pas moins de 92 % de la population utilise internet, et 81 % de ces utilisateurs ont fait une recherche préalable sur internet avant d’acheter un produit ou un service. C’est pourquoi les entreprises doivent innover pour capter leur attention et les fidéliser.



La transformation digitale permet ainsi d’être plus efficace en apportant à votre entreprise :

  • Une (r)évolution en interne : la transformation digitale n’implique pas seulement d’intégrer une nouvelle technologie, mais aussi un changement de mentalité au sein de l’organisation de votre entreprise et l’accompagner dans un processus de révision afin de l’adapter aux exigences de vos clients et du milieu. Vos équipes gagnent aussi en compétences.
  • La valorisation de votre image de marque : la transformation digitale donne une image moderne et fiable de votre entreprise. En respectant les nouvelles tendances du web telles que le référencement SEO de vos sites web, l’activité sur les réseaux sociaux et en veillant à soigner votre e-réputation, votre entreprise sera plus crédible.
  • Une communication efficace : face à la digitalisation des services, la gestion de la communication de votre entreprise devient plus simple et plus performante. La transformation digitale permet de s’équiper avec des outils collaboratifs qui fluidifient la communication interne et externe de l’entreprise.

  • Une meilleure rentabilité : une étude du Pwc digital, agence de conseil en transformation digitale, a révélé que 57 % des dirigeants investissant dans le digital attendent une croissance de leur chiffre d’affaires. Et en 2019, 77 % des entreprises engagées dans la digitalisation ont reconnu la contribution du digital à leur croissance. Les entreprises, en plus du besoin d’innover, prennent également en compte les éléments importants de leur secteur d’activités pour gagner en rapidité et en compétitivité.
  • Une transformation des processus internes : pour une entreprise qui se veut digitale, il est important de repenser la manière dont sont exploitées les technologies installées. La transformation digitale permet ainsi une automatisation et une fluidification des processus internes de l’entreprise et vous permet de gagner en agilité, en rapidité mais également en fiabilité. En effet, les tâches répétées quotidiennement, à faible valeur ajoutée, peuvent être automatisées et sécurisées. Ce besoin d’automatisation se retrouve dans la majorité des métiers et diminuent considérablement le nombre d’heures perdues quotidiennement. Par exemple : la dématérialisation des documents RH et la gestion de ces copies grâce à la signature électronique, l’automatisation des processus de facturation pour le comptable et le responsable financier, l’automatisation de certaines actions en rapport avec les clients comme les campagnes marketing. A noter que la performance d’un processus de digitalisation se mesure à son taux d’automatisation.


Les étapes clés pour réussir sa transformation digitale


Passer au digital nécessite de respecter des étapes importantes :

  1. Informer ses collaborateurs : Avant d’entamer la transformation digitale, il est primordial que tous vos collaborateurs soient au courant de votre projet. Cette première étape nécessite en amont une sensibilisation forte au digital de vos équipes afin de les préparer à adopter la même vision que vous. Ceci permettra d’échanger en amont sur les doutes et questionnements que pourraient souligner vos collaborateurs.
  2. Faire une évaluation du niveau de digitalisation de votre entreprise : étape très importante, elle permet de connaître la maturité digitale de son entreprise et d’avoir une vision des démarches actuellement menées. La transformation digitale ne se résume pas à mettre en ligne un site web, c’est un processus incluant l’usage d’outils d’automatisation basés le plus souvent sur l’intelligence artificielle, le big data, l’inbound marketing, etc. C’est pourquoi une entreprise peut être active sur les réseaux et ne pas connaître une montée en compétences si cette transformation digitale n’est accompagnée et encadrée. La compétence digitale de votre entreprise repose sur le but qui est recherché. Quel que soit ce but (suivre la tendance, introduire le digital dans l’ADN de votre entreprise, ou tout simplement en faire un levier de performance), il demeure important de comprendre les enjeux d’une évolution digitale.
  3. Déployer les moyens nécessaires : Une fois que vous connaissez votre niveau digital, il est indispensable de revoir l’organisation et les besoins de votre entreprise. Les réflexions menées doivent nécessairement aboutir à identifier en amont les problématiques auxquelles vous faites face. Commencer par former vos équipes sur l’utilisation des outils digitaux vous permettra d’anticiper avant de les installer et de les développer. Et si besoin est, n’hésitez pas à revoir l’organisation interne de votre entreprise ! Pensez également aux canaux à privilégier pour que la transformation digitale soit en phase avec les habitudes de consommation des cibles visées et identifiez les priorités opérationnelles à mener.
  4. Faire adhérer tous les départements de l’entreprise : Quel que soit votre projet, il est important de vous faire accompagner et d’impliquer toute l’entreprise dans la démarche. Toutes les équipes doivent comprendre que la transformation digitale ne concerne pas seulement le département informatique, mais bien tous les autres métiers. Il est donc impératif que vous regardiez tous dans la même direction pour en faire une réussite.

Grâce à la transformation digitale, il est donc aujourd’hui possible d’atteindre des niveaux de performance jamais imaginés. Elle doit néanmoins s’accompagner d’une stratégie digitale bien pensée et innovante. 


 

0

Blog











Le rapport intégré du Crédit Agricole Centre Est : vers une performance durable !

En cette période de crise sanitaire et économique, le besoin de dialogue et de réassurance des clients est manifeste ; ils ont besoin de sens. L’émergence d’une communication plus directe et transparente sur le rôle sociétal de l’entreprise couplé d’un discours de preuves deviennent centraux. Le Crédit Agricole Centre Est a bien intégré ces évolutions dans la création de son rapport intégré dont l’objectif est de présenter une vision macro des défis que la banque souhaite relever autour de la performance durable des grands enjeux liés aux impacts économiques, environnementaux et sociaux sur sa région. Les collaborateurs sont acteurs de l’engagement RSE de leur entreprise, ils figurent en couverture, fiers ambassadeurs de la marque CA ! Notre client nous a confié la conception éditoriale, la production de contenus, la création graphique et la digitalisation de cet outil.

Cliquez ici pour découvrir la version digitalisée : https://animations.ca-centrest.fr/rapport/rapport_integre_2019/catalogue/#page/1











Un PPT, ce n’est pas forcément triste et ringard… à condition d’en travailler le ton et la forme !

La preuve en images avec Elior. Cette présentation est destinée à répondre à un appel d’offres. Pour mettre en avant tous les services associés d’Elior, nous avons opté pour une tonalité décalée et assumée des iconographies et de leur traitement qui offrent une immersion dans un univers coloré et joyeux. Une mise en page structurée pour mettre en avant les messages clés et permettre aux lecteurs de se repérer dans le document.  











On partage ! 
Un article, une idée, une bonne adresse qui nous a récemment inspiré 🙂

Aujourd’hui, nous avons envie de partager avec vous la tribune de Florence Touzé, professeure de la Faculté Audencia, Cotitulaire de la Chaire RSE (Source : Culture RP). Dans un article qui s’intitule « La communication implicative, une piste pour le monde d’après » elle nous explique de quelle façon les communicants peuvent, et doivent, participer à la réinvention du monde (rien que ça !). Nous, on y croit , on aime les nudges et toutes les nouvelles applications qui donnent du sens à nos actes. Bonne lecture : https://culture-rp.com/marketing-com/la-communication-implicative-une-piste-pour-le-monde-dapres/?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Alerte_Nouveau_Billet&utm_medium=email

0

Blog

Organiser un événement, c’est toujours possible !

 

Coup dur pour l’événementiel en cette rentrée post-covid ! Port du masque, application des gestes barrières, respect de la distanciation sociale… autant de contraintes sanitaires qui peuvent freiner certains à organiser leurs futurs événements. Et pourtant ! OUI, il est encore possible de réussir un événement en cette période si particulière ! 

Il y a quelques semaines à Nancy, Trait d’Union gérait l’organisation de la 6e édition du World Materials Forum. Sous la présidence de Philippe Varin (Président du conseil d’administration de Suez) et de Victoire de Margerie (Vice-présidente du WMF et Présidente de Rondol Group), cet événement réunit depuis 6 ans à Nancy les plus grands industriels mondiaux autour d’un sujet clé : comment allier développement durable et compétitivité économique dans le domaine des matériaux. Conférences et échanges professionnels, déjeuner et dîner de gala, ce premier événement post-covid a démontré qu’il est possible de réunir 130 professionnels pendant deux jours, tout en respectant l’ensemble des normes sanitaires en vigueur. On vous donne quelques conseils pour un événement post-covid réussi…

 

Une jauge divisée par deux

Chaque année, ce sont entre 250 et 300 personnes qui assistent au World Materials Forum. Compte tenu du contexte actuel et des normes préfectorales, les organisateurs ont décidé de diviser le nombre de participants par deux, avec 130 personnes accueillies en présentiel. Cette nouvelle jauge a permis de réorganiser la salle de plénière en installant un siège d’écart entre chaque participant.

Le respect strict des normes sanitaires 

Port du masque obligatoire, prise de température, lavage des mains à l’entrée, distanciation sur scène, désinfection des micros et des casques après chaque intervention, mise à disposition de gel hydroalcoolique dans tout le bâtiment… toutes les mesures sanitaires ont strictement été appliquées.

Des interventions en live streaming bien organisées en amont

L’absence des intervenants étrangers (principalement en provenance du Japon, de Singapour et des Etats-Unis) ne doit pas être un frein à la réussite d’un tel événement. A l’heure du digital, les interventions en visio-conférence rencontrent un franc succès, mais attention, cela ne s’improvise pas ! Que ce soit le discours du japonais Shunichi Miyanaga, CEO de Mitsubishi Heavy Industries ou de l’américain Robert Friedland, fondateur de Ivanhoe Mines, chaque intervention a été planifiée en amont, avec l’aide de traducteurs anglo-japonais et franco-anglais. Résultat : des conférences alternant interventions en présentiel et en visio-conférence, pour des échanges fluides et constructifs.

Un protocole sanitaire strict pour le déjeuner et le dîner de gala

En lien avec la Préfecture, Alain Marcotullio, Directeur de Marcotullio Traiteurs et Président des Traiteurs de France, a élaboré un protocole sanitaire strict pour le dîner de gala du mercredi soir et le déjeuner du jeudi midi : le cocktail déjeunatoire a été remplacé par un cocktail assis avec service à table et l’organisation du dîner de gala a été repensée avec des tables davantage distanciées et un maximum de 10 personnes par table, comme l’impose le protocole sanitaire. Le port du masque, une désinfection rigoureuse des mains des serveur(se)s et une gestion des déchets régulière, évitant toute propagation, ont été de mise tout au long des repas.

Un événement co-construit avec la préfecture de Meurthe-et-Moselle

L’organisation de cette édition post-covid a été validée, en amont, par la Préfecture de Meurthe-et-Moselle. En effet, pour un événement réussi, il est essentiel que chaque organisateur respecte l’ensemble des mesures sanitaires imposées par la Préfecture et puisse justifier, si besoin, leur mise en place. 

 

L’édition 2020 du World Materials Forum a su démontrer qu’il était toujours possible d’organiser un événement dans le contexte inédit que nous traversons. Alors oui, l’organisation peut sembler en apparence plus contraignante qu’auparavant, mais avec beaucoup d’anticipation, d’ingéniosité et d’adaptabilité, soyons convaincus d’une chose : l’événementiel traversera cette crise sanitaire !

Merci aux partenaires et aux acteurs du territoire qui nous ont aidés à faire de cet événement une réussite.



Rapport d’activité de la Direction des Affaires Culturelles :
une collection au pied du mur !


Depuis 3 ans, Trait d’Union collabore avec la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la ville de Lyon pour les accompagner dans la création d’un nouvel outil de communication, vitrine de leur organisation et compétences. Ce rapport d’activité constitue la pièce maîtresse de la délégation à la culture de Lyon aux cotés des 11 établissements culturels municipaux. 

Derrière les chiffres et les courbes de cette organisation, ce sont des femmes et des hommes qui œuvrent quotidiennement et s’impliquent dans la mise en place d’actions fortes auprès des lyonnais en faveur du rayonnement de la culture. Ce rapport d’activité montre toute la diversité et la richesse de l’offre culturelle de la ville.

 

Un enjeu pour TU : créer un document aussi créatif qu’utile, aussi singulier qu’accessible à tous. Cette collaboration sur le long terme nous a conduit à proposer une véritable « collection » de rapports d’activité autour du thème central de l’art urbain, et plus précisément des murs peints, si représentatifs de l’esprit street art lyonnais.

Pendant 3 années, nous avons renouvelé nos créations, tout en conservant une cohérence graphique entre les éditions. Notre objectif : mettre en valeur des iconographies esthétiques sans jamais concéder à la clarté et l’organisation des informations. Un exercice relevé avec brio par nos équipes !


 Témoignage

« La Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Lyon a sélectionné, en 2018, l’agence Trait d’Union pour la réalisation de son premier rapport d’activité. Se sont succédées trois années de travail en commun d’où sont issues trois éditions du rapport d’activité. La collaboration avec toute l’équipe a toujours été très facile et constructive au fil de ces trois périodes. Nous avons, à tout instant, rencontré des interlocutrices et interlocuteurs particulièrement à l’écoute et attentifs à nos demandes ». Christine Tollet, Direction des Affaires Culturelles de Lyon.

 

0

Digital

 

Le succès du développement de nouveaux outils digitaux tels qu’une application web métier (ou web app) passe par l’implication de vos collaborateurs dans l’évolution de l’entreprise. Cette conduite du changement dépendra de votre communication en interne, mais aussi de votre méthode de développement du projet. La transformation digitale peut être parfois difficile et il est donc nécessaire d’accompagner vos équipes dans ce changement pour faciliter l’adoption de vos nouveaux outils. Voici quelques conseils…

Communiquer et écouter

Ce sont les deux mots d’ordre pour amorcer un changement au sein de toute entreprise, qu’il s’agisse d’une transformation digitale ou d’un tout autre projet. Vos collaborateurs doivent sentir que vous les impliquez dans le processus d’adoption d’une nouvelle application web métier. Voici donc quelques points clés pour un démarrage en douceur.

 

Présenter le nouvel outil. Il est important d’aborder clairement le sujet et d’expliquer pourquoi on le développe. Quelles problématiques ont été relevées et comment elles seront résolues grâce à cette web app. Il faut que vos collaborateurs puissent entendre ces arguments afin de mieux se projeter dans leurs futures missions.

 

Priorité à l’UX (l’expérience utilisateur). L’utilisateur est le premier concerné et doit donc se sentir reconnu et impliqué, car c’est lui qui devra adopter le nouveau process en première ligne. La méthode Agile (dont nous avons parlé dans notre précédent article Comment concevoir son application web métier ?) permet une gestion de projet centrée sur l’usager, ses besoins et ses attentes. Ainsi, en les intégrant au développement en amont, le taux d’adoption de la nouvelle application augmentera significativement.

 

Identifier les réfractaires et les « early adopters ». Qui dit changement, dit qu’ils ne plairont pas forcément à tout le monde. Il existera toujours des réfractaires et il est crucial de les écouter afin qu’il se sentent compris et rassurés. Certains vont voir des habitudes – qu’ils ont depuis parfois plusieurs années – chamboulées et cela peut créer une certaine appréhension. A l’inverse, il est aussi important de repérer les « early adopters », ceux qui seront naturellement attirés par cette nouvelle application web. Ils posent souvent les questions pertinentes, apportent des idées et peuvent fédérer autour du projet. Réfractaires ou « early adopters », il vous faut les reconnaître, afin que certaines inquiétudes ne se propagent pas et pour permettre à d’autres de devenir ambassadeurs du changement.


Motiver et animer

La communication avec vos collaborateurs doit être régulière pour rester efficace. Des utilisateurs à qui on ne transmet pas de motivation seront plus enclins à passer côté réfractaires, et ce n’est pas du tout l’effet escompté. Pour éviter cela, plusieurs techniques permettent de motiver tout le monde.

 

Mettre en avant les bénéfices et l’utilité de la nouvelle application métier. Afin que les utilisateurs se projettent du mieux possible dans l’utilisation du nouvel outil, il faudra souligner les effets bénéfiques qu’il aura sur les process (gain de temps, manipulations facilitées, automatisation de certaines taches, etc.). N’hésitez pas à organiser des réunions d’informations et des sessions questions/réponses pour encourager l’intérêt. Ainsi, les potentielles craintes telles que « Mais comment vais-je pouvoir réaliser cette tâche ? Comment ranger et retrouver les documents ? », pourront être écoutées et surtout écartées par vos explications. Leur compréhension de l’utilisation de la web app sera ainsi amorcée en profondeur. Enfin, vos collaborateurs auront un sentiment de considération très positif car vous vous serez intéressé à leurs missions.

 

Informer des avancements. Vos collaborateurs apprécieront que vous lez teniez au courant des étapes franchies. Cela semble évident, mais parfois, on peut se dire que telle ou telle information ne nécessite pas d’être officialisée (parce que c’est un détail). Et c’est à ce moment-là qu’une mauvaise interprétation peut enrayer le bon fonctionnement du projet. Car cette information peut avoir son importance pour certains. Mieux vaut donc trop d’infos, que pas assez !

 

Semer les victoires. La démotivation est LE piège à éviter lorsque l’on fixe un objectif avec une deadline à moyen ou long terme. Pour garder tous les collaborateurs à bord du train, découpez vos objectifs lointains en sous-objectifs à plus court terme. De cette façon, tout semble plus facilement atteignable, sans ce sentiment d’être au pied d’une montagne infranchissable. Le but de cette technique est d’augmenter la fréquence des victoires. Avec une meilleure perception de l’avancement du projet et plus de réussites, la motivation se pérennise.


Organiser et donner du sens

Un projet de transformation digitale, oui, mais il doit se justifier et se réaliser dans les meilleures conditions. Un bon fil conducteur et un objectif déterminé vous aideront à ne pas vous éparpiller.

 

Eviter les dérives du sujet. Si le projet n’est pas clairement cadré, le périmètre dérivera, entraînant inévitablement des coûts supplémentaires et des retards par rapport au rétroplanning établi en amont. Dès le début du projet, soyez clair et explicite sur l’objectif final attendu et les moyens qui seront mis en œuvre pour l’atteindre. Si vous sentez que le bateau dérive légèrement, n’hésitez pas à faire le point avec vos équipes pour retrouver le bon cap !

 

Instaurer une véritable méthodologie. Une méthodologie claire et établie vous aidera également dans votre organisation. Elle évitera une dérive comme on vient de l’évoquer, mais également d’autres mauvaises surprises (démotivation, désintérêt, sentiment de ne pas avancer, etc.). Chacun doit connaître les missions qui lui sont assignées et leur délai de réalisation grâce au briefing, aux différentes réunions, à la définition de la stratégie et sa mise en place…

 

Favoriser l’intelligence collective. Un projet de digitalisation doit s’inscrire dans la stratégie globale d’une entreprise. Le digital est un levier de cette évolution, et non une fin en soi. Avant de se concentrer sur les solutions technologiques, il faut réfléchir à de nouveaux modes de fonctionnement plus collaboratifs, entre les collaborateurs eux-mêmes, avec les clients ou encore avec les partenaires. L’idée de favoriser l’intelligence collective, de créer une émulation autour de votre projet.


Et après ?

L’avantage d’un outil digital, c’est qu’il est perfectible et adaptable à chaque instant. On nomme ce procédé le « Test and Learn ».
Privilégiez donc une mise en œuvre à court ou moyen terme, plutôt que de viser une sortie du logiciel sans aucun défaut. Et c’est grâce à vos collaborateurs qu’une démarche d’amélioration en continu pourra voir le jour. 
Les utilisateurs de la nouvelle application web auront sûrement des remarques à vous partager. Prenez le temps de les récolter, soit à l’oral lors de réunions, soit de manière plus anonyme sur papier si certains préfèrent. Les critiques constructives doivent être prises en compte pour améliorer votre outil. Enfin, rassurez les plus inquiets qui ont l’impression de ne pas maîtriser le logiciel. Pensez à des formations courtes et pédagogiques pour les aider à se familiariser petit à petit à ce nouveau process.


Lire aussi : Application métier : développez votre compétitivité grâce aux web app !
Lire aussi : 3 questions à se poser avant de se lancer dans le développement d’une application web métier




0

Non classé

Notre article de la semaine dernière vous a peut-être amené à réfléchir au développement d’une application web métier pour votre entreprise. Aujourd’hui, entrons davantage dans le vif du sujet. Posez-vous les bonnes questions pour bien démarrer le développement de votre application. Devez-vous privilégier l’application web sur mesure ou plutôt standardisée, comment calculer le coût du développement de votre application et  comment rédiger un bon cahier des charges fonctionnel, autant de questions auxquelles nous vous apportons quelques éléments de réponse.

 

Application sur mesure ou application standardisée : que choisir ?

 

Avant de vous lancer dans le développement de votre application web métier, il est important de faire un choix entre une application sur mesure et une application standardisée. Comme toute solution, l’application sur mesure présente de nombreux avantages mais aussi quelques inconvénients. Voici comment choisir…

 

Analysez vos besoins spécifiques. L’objectif d’une application web métier est de répondre aux besoins de votre activité. Analysez chaque fonctionnalité qui sera nécessaire à votre activité et si une application standardisée répond à toutes vos problématiques, alors n’hésitez pas à la choisir. En revanche, si les applications existantes ne répondent pas à tous vos processus et que certaines fonctionnalités sont propres à votre entreprise, alors optez pour du sur mesure. N’essayez surtout pas de changer une solution standardisée pour l’adapter à vos process, le résultat n’en sera pas satisfaisant.


• Innovez et démarquez-vous de la concurrence. Accessible à tous, une application standardisée propose les mêmes outils quelle que soit l’entreprise, ce qui annule un potentiel avantage concurrentiel. Une application sur mesure vous permettra en revanche de rester compétitif dans votre secteur en améliorant vos process par rapport à ceux des autres. La question qui se pose alors est l’utilité de cette application pour votre entreprise. Si elle est nécessaire au développement de votre compétitivité, personnalisez-la et soyez toujours à l’affût des nouvelles fonctionnalités pour vous démarquer de la concurrence. Dans le cas contraire, restez sur une solution déjà existante.


• Anticipez l’évolution de votre application. Une application sur mesure est évolutive contrairement à une application standardisée. Si votre activité est amenée à changer, votre web app suivra ces changements avec des nouvelles fonctionnalités directement intégrées à votre workflow.


• Pensez à l’expérience utilisateur. Le développement de votre application devra être adaptée à vos collaborateurs et à leur façon d’utiliser les outils mis à leur disposition. Une application standard n’est pas toujours optimisée et facile d’utilisation.


Fixez votre deadline et votre budget. Le délai de conception d’une application sur mesure n’est bien évidemment pas le même que celui d’une application existante. Pour cette dernière, aucune conception ni développement n’est à prévoir, son utilisation pourra se faire à court terme. En revanche, le développement d’une solution personnalisée nécessite bien plus de temps : vous devrez trouver une agence et établir un cahier des charges fonctionnel, et le développement de l’application pourra prendre plusieurs mois selon vos demandes. Il s’agit d’un projet à moyen ou long terme. Votre choix dépendra également du budget que vous vouez allouer à ce projet, une application déjà existante étant en général moins onéreuse.


• Choisissez la bonne agence. Si vous décidez de développer votre propre application, il est important de choisir la bonne agence. Un travail de qualité devra fournir une bonne expérience utilisateur avec une application fonctionnelle et facile d’utilisation. Elle devra également être totalement sécurisée et sans faille. Les solutions déjà existantes ont l’avantage d’avoir déjà été testées de nombreuses fois et d’avoir une sécurité solide dont les failles peuvent être corrigées rapidement.

 

Votre choix entre une application standard ou sur-mesure dépendra donc beaucoup de l’utilité réelle de cette solution et de la place qu’elle aura dans votre entreprise.

 

 

Rédiger son cahier des charges fonctionnel : optez pour la méthode Agile

Écrire un cahier des charges fonctionnel avant le développement de votre application est indispensable. Il permettra à vos équipes ainsi qu’aux développeurs de mieux comprendre la structure de votre application pour vous proposer des solutions techniques adaptées et une architecture pertinente. Objectif : éviter les allers-retours et gagner du temps dans la conception. Chez Trait d’Union, on dit « oui » au cahier des charges, mais on recherche avant tout l’agilité. Le marché évolue beaucoup trop rapidement et votre activité risque de se développer autrement de ce que vous aviez prévu pour perdre du temps avec les lourds cahiers des charges traditionnels. Vous pouvez opter pour un cahier des charges dit « Agile » qui a l’avantage d’être beaucoup plus souple et de s’adapter à l’évolution de vos besoins à travers la rédaction de documents courts et de développement à court terme.


Pourquoi choisir la méthode Agile ?

Les approches traditionnelles nécessitent un cahier des charges fonctionnel détaillé et validé avant la mise en réalisation du projet digital, ce qui laisse peu de place au changement. Selon la complexité du projet, le développement de l’application peut prendre du temps et souvent apparaît un décalage entre le besoin initial et l’application finalisée. L’activité de l’entreprise ayant évolué entre temps, certaines fonctionnalités demandées ne s’avèrent finalement pas utiles alors que d’autres, non demandées, auraient pu apporter une plus-value. Dans ce cas, le cahier des charges initial faisant foi, on aboutit à un résultat insatisfaisant de l’application qui risque de ne jamais voir le jour et de compromettre la relation entre l’agence et son client.

La méthode Agile est une autre approche de la gestion de projet. Elle vous place au centre du projet en vous impliquant dans le processus de développement de votre application, de la mise en route jusqu’à sa finalisation en adoptant un processus incrémental. Le développement de l’application se fera étape par étape et chaque étape sera corrigée et validée par le client avant la mise en oeuvre de l’étape suivante. Le client obtient une meilleure visibilité de son projet grâce à un feedback régulier lui permettant d’appliquer directement les changements nécessaires. Cette méthode permet souvent un processus de développement bien plus rapide que les méthodes classiques.

 

Fonctionnement de la méthode Agile

Dans le cadre d’un projet de développement d’application web, la méthode Agile consiste à proposer une version minimale de l’application puis à intégrer progressivement des fonctionnalités, par un processus itératif. Le travail se fait via des objectifs à court terme, appelés « itérations ». Lorsqu’une itération est développée, elle est directement soumise au client qui peut alors se rendre compte très tôt et par lui-même du travail réalisé, et s’aligner sur son besoin. Une fois le premier objectif atteint, on s’adapte à la situation et on fixe le suivant, jusqu’à la finalisation de l’application. Cette méthode offre une extrême souplesse. Chaque étape permet de mieux planifier les prochaines mais aussi d’évaluer régulièrement les progrès liés au projet. À tout moment, le client peut changer les fonctionnalités qui n’ont pas encore été développées ou échanger l’ordre de développement des fonctionnalités en fonction des besoins du marché. La transparence et les retours réguliers permettent d’instaurer un climat de confiance entre l’agence et son client.

 

Un exemple concret d’agilité, la méthode Scrum

Pour bien expliquer le fonctionnement des méthodes Agile, prenons l’exemple concret de la méthode Scrum que Trait d’Union utilise depuis plusieurs années. Les projets suivant cette méthode sont divisés en plusieurs cycles de travail relativement courts que l’on appelle « sprints ». Ils se forment autour d’une équipe multifonctionnelle constituée du :

  • Product Owner (responsable produit) : il représente en général le client final et les utilisateurs de l’application. Il définit les spécifications fonctionnelles et présente la vision globale de l’application au reste de l’équipe. C’est lui qui établit la priorité des différentes fonctionnalités, et qui valide ou corrige les fonctionnalités déjà développées. Il doit donc se mettre à la place des futurs utilisateurs et prioriser les besoins pour aboutir à une application la plus fonctionnelle possible.
  • Scrum Master : il fait le lien entre le Product Owner et les équipes de développement. Son rôle est de piloter l’équipe et faire le nécessaire pour lui permettre d’atteindre les objectifs fixés pour chaque sprint. Il s’assure du respect des délais et a un véritable rôle de conseiller auprès du responsable produit.
  • L’équipe de développement assure la réalisation opérationnelle de l’application.  





Tout projet Scrum démarre par la constitution du « Product Backlog » par le product owner. Il s’agit de l’ensemble des exigences fonctionnelles et non fonctionnelles de l’application. Une fois cette étape franchie, le processus Scrum se met en place via un ensemble de réunions clairement définies et strictement limitées dans le temps pour chaque cycle de travail :


  • Planification de l’itération (ou « sprint ») : il s’agit ici d’une réunion où l’équipe de développeurs choisit les éléments prioritaires du Backlog qu’elle réalisera au cours du sprint.
  • Revue de sprint : une fois le sprint réalisé, l’équipe de développement présente les différentes fonctionnalités développées au responsable produit et recueille son feedback. C’est aussi le moment d’anticiper le ou les prochains sprints.
  • Rétrospective du sprint : une fois le dernier sprint « corrigé », les équipes dégagent les axes d’améliorations à prévoir pour les prochains sprints, en fonction des retours occasionnés par le sprint réalisé.
  • Mêlée quotidienne : cette réunion quotidienne de 15 min permet une synchronisation des membres de l’équipe de développement. Chaque membre est invité à partager ses avancées de la veille, sa mission du jour, ainsi qu’identifier tout problème pouvant nuire au bon déroulement du sprint.

La méthode agile Scrum est donc une approche itérative très efficace pour gérer votre projet d’application web métier. Chaque membre de l’équipe aura un rôle et des responsabilités qui lui seront propres, les cycles de travail seront courts et précis, ce qui permet une gestion flexible et évolutive de vos projets.


Comment évaluer le coût de développement une application sur mesure ?

En utilisant la méthode Agile, l’évaluation des coûts sera beaucoup plus facile qu’avec une méthode traditionnelle, et surtout bien plus en adéquation avec l’évolution de votre projet. Si vous utilisiez la méthode classique, l’estimation se ferait en amont de la prestation selon votre cahier des charges fonctionnel détaillé et ceci en fonction de la durée moyenne d’une mission comparable et des coûts habituels de l’agence sélectionnée. En méthode Agile, l’estimation de la durée de chaque étape permet d’évaluer plus précisément le coût final de votre prestation. Le projet étant découpé en backlogs chacun associé à des unités de temps, l’évaluation du coût est donc plus flexible et plus précise.

Ce que comprendra le coût de développement de votre application

 

Les éléments suivants seront automatiquement inclus dans le développement de votre application quelle que soit son utilité et ses fonctionnalités :

  • Le responsive web design qui ajustera automatiquement l’affichage de votre page web à la taille de n’importe que écran (ordinateur, tablette ou mobile). Cette technique répond au besoin de nombreux utilisateurs à se connecter sur le web depuis un appareil mobile et d’autant plus important dans le développement d’une web app.
  • La programmation du frontend et l’intégration du design avec HTML et CSS. Il s’agit de l’implémentation du design ainsi que de toutes les interactions entre les composants de l’interface graphique et les utilisateurs.
  • La programmation du backend. La partie back-end va développer et mettre en interaction trois piliers essentiels au fonctionnement de toute application : le serveur d’hébergement, l’application web et la base de données.
  • Les tests automatisés. Une séries de tests est effectuée de façon automatisée afin de réduire les éventuels bugs et erreurs.
  • Les tests d’acceptance manuels. Des tests manuels effectués par les équipes techniques seront ensuite réalisés pour vérifier que l’application web fonctionne correctement et en adéquation avec votre cahier des charges.
  • L’infrastructure d’hébergement. Votre application nécessitera de créer un compte utilisateur de stocker les informations dans une base de données… Complètement invisible pour l’utilisateur, un bon hébergement est indispensable pour assurer le bon fonctionnement de l’application. La base de données permettra de conserver toutes les informations de vos utilisateurs mais aussi les coordonnées des clients, l’identification d’un technicien ou encore les différentes factures.


Le budget de développement de votre application personnalisée dépendra ensuite de votre cahier des charges et de la complexité des fonctionnalités à mettre en place.

Vous souhaitez développer votre application métier sur mesure ? N’hésitez pas contacter nos équipes au 04 72 18 03 60.
Lire aussi : Application métier : développez votre compétitivité grâce aux web app !

 

0

Digital

L’utilisation d’applications web (ou web app) est devenue incontournable pour les entreprises les plus compétitives et les plus innovantes. Avec la montée en puissance du web, beaucoup d’entre elles ont remplacé leurs logiciels par des applications web, notamment pour leurs applications métiers. Petit tour d’horizon sur le sujet…

 

1# Qu’est-ce qu’une application web (ou web app) ?

On entend par application web un logiciel applicatif hébergé sur un serveur et accessible via un navigateur web. Il s’agit donc une page web qui a été optimisée pour être utilisée à partir de n’importe quel support informatique (mobile, tablette ou ordinateur) et ne nécessitant aucune installation spécifique. Avec des mobiles de plus en plus puissants, l’expérience utilisateur et les fonctionnalités de l’application web sont équivalentes aux logiciels directement installés sur les ordinateurs. Les technologies utilisées sont similaires à celles de la création de sites internet.

 

2# Application métier & application web, le combo parfait pour votre entreprise

Application de facturation, de gestion de commandes ou encore de gestion commerciale… l’application métier est une vraie révolution informatique permettant de faciliter la gestion des activités de l’entreprise. L’objectif est de simplifier les tâches et d’automatiser les processus pour tout ou partie de vos collaborateurs. Gain de temps et de productivité, meilleure structuration de votre entreprise, services à plus forte valeur ajoutée pour vos clients, meilleur confort de travail pour vos collaborateurs, le développement d’une application métier peut vous apporter de nombreux avantages. Il vous est alors possible d’opter soit pour l’achat d’un progiciel standard avec des applications bien définies, soit de vous diriger vers le développement d’une application métier sur-mesure pour répondre à vos besoins spécifiques. En proposant des fonctionnalités sur-mesure, l’application métier sera complètement adaptée aux métiers de votre entreprise et dépendra de votre secteur d’activité, de la structure de votre entreprise, des besoins de vos équipes et des éventuels problèmes à résoudre dans l’organisation. La mise en place de l’application facilitera l’utilisation et le traitement des données nombreuses, des processus métiers et de l’interactivité au sein même des différents services. 

 

 

Pourquoi faire le choix d’une web app pour vos applications métiers ?

Suite à la transformation digitale des entreprises ces dernières années, l’expérience utilisateur est devenue aussi importante pour les collaborateurs que pour les clients. Si un grand nombre des applications sont aujourd’hui des applications web, c’est qu’elles présentent des caractéristiques non négligeables.

 

  • Elles s’adaptent à l’évolution de vos besoins. Une web app est évolutive contrairement à un logiciel métier standard. En effet, la logique de développement d’une web app consiste à rationaliser votre besoin pour délivrer une valeur maximum. Le fait d’avoir la main sur son développement ouvre également la porte à de futures évolutions. Si votre activité est amenée à changer, votre web app suivra ces changements avec des nouvelles fonctionnalités directement intégrées à votre workflow.
  • Aucune installation n’est requise. Les applications web sont stockées sur un serveur et non sur l’ordinateur, aucune installation ni téléchargement ne sont donc nécessaires pour leur utilisation. Il suffit d’avoir un navigateur web (tels que Internet Explorer, Chrome ou encore Safari), installé par défaut sur tous les supports informatiques. Un avantage considérable comparé aux logiciels classiques ou aux applications natives que l’entreprise serait obligée d’installer individuellement sur chaque ordinateur de son parc informatique, en considérant bien sûr que tout ces supports soient compatibles. 
  • Elles sont accessibles sur tout support à tout moment. Ne nécessitant pas d’installation, la web app peut être accessible à tout moment et ce quel que soit le support (ordinateur, mobile ou tablette) et son système d’exploitation. Elle est multiplateforme, vos données sont centralisées et disponibles 24 h/24 et 7 j/7. À contrario, une application traditionnelle ou un logiciel ne pourront être installés que sur un seul support. S’ils ont été développés pour Windows, ils ne pourront être installés ni sur Mac, ni sur sur Android, ni sur un Iphone.
  • Elles permettent un gain de temps. Le développement d’une application web est plus rapide, la circulation et le partage des données entre utilisateurs sont optimisés et vous évitez l’intervention de votre personnel informatique sur les différents ordinateurs.
  • Elles sont plus intuitives pour les utilisateurs. Si les caractéristiques des applications web sont assez proches de celles des logiciels, elles possèdent une puissance immersive et une adaptabilité qui leur confèrent une meilleure expérience utilisateur.
  • Les mises à jour se font sans intervention. Les web app ne nécessitent aucune maintenance et les mises à jour sont régulières, ce qui permet à l’entreprise de réagir rapidement à l’évolution du marché et de bénéficier des dernières innovations. Si l’entreprise optait pour un logiciel ou une application native, elle devrait attendre chaque nouvelle version et la mettre à jour sur chaque support informatique.
  • Le coût de développement est très accessible. Les applications web coûtent sensiblement moins cher que les applications mobiles natives ou les logiciels, du fait qu’elles s’adaptent sur Apple ou Android et nécessite uniquement l’utilisation d’un navigateur web. De plus, une application web ne nécessite aucune mise à niveau de votre infrastructure.

 

3# Conception de votre application web : les différentes étapes

Les étapes du processus de conception d’une application web métier peuvent être très variées selon votre projet.

 

L’analyse de vos besoins et de vos objectifs.
L’objectif d’une application web métier est d’apporter de la valeur ajoutée à votre entreprise. Il est donc nécessaire que vous réfléchissiez à sa véritable utilité. Une étude des besoins et des solutions déjà existantes doit donc être réalisée en amont afin de définir les attentes de votre application web. Pour cela, il est important de vous poser les bonnes questions : 

  • À quel besoin répond le développement d’une application métier ?
  • Quel pourcentage de vos collaborateurs utilisera cette application, à quelle fréquence et pour quels usages ?
  • Vos équipes sont-elles prêtes à se digitaliser ?
  • L’application mobile est-elle complémentaire avec les logiciels déjà existants ?
  • L’application est-elle indispensable à votre activité ?
  • Quel sera son impact sur l’évolution de votre chiffre d’affaires ?
  • Est-ce qu’une application mobile métier apporterait une réelle valeur ajoutée ?
  • Quel avantage concurrentiel l’application pourrait-elle vous apporter ?

Par ailleurs, si vous faites le choix de développer une application métier, il est important d’en informer en amont les collaborateurs qui en seront les futurs utilisateurs. Les intégrer dès le début et régulièrement, de sa conception à son développement, permettra d’augmenter le taux d’adoption de l’application lorsqu’elle sera lancée et facilitera son utilisation.

Votre cahier des charges.
Une fois vos objectifs clairement définis, la seconde étape consiste à définir les fonctionnalités majeures de votre application à travers une roadmap globale. Il s’agit de mettre à plat toutes les problématiques afin d’obtenir une application adaptée à votre entreprise. Il est aussi important de réfléchir à l’architecture de votre application : quels en seront les contenus selon votre cible, pour quelle stratégie multi-device opter (l’application sera-t-elle à destination des tablettes et mobiles ?). C’est également à cette étape que l’on définit les éléments non fonctionnels : impact du time to market, importance des éléments de sécurité, éléments de volumétries attendues (nombre de connexions, quantités d’informations type images ou fichiers à échanger), importance de l’UX (selon le type d’audience visée), etc. 

 

Le développement de l’application.

Une fois vos besoins définis et transformés en modèle fonctionnel grâce au cahier des charges, nos développeurs peuvent commencer à travailler sur votre application.

 

Les tests fonctionnels avant mise en ligne.

Avant toute mise en ligne, des tests pour valider l’ensemble des fonctionnalités seront nécessaires. Ils permettront de repérer les éventuels dysfonctionnements et de faire les ajustements nécessaires avant la mise en fonction de l’application.

 

Le lancement de l’application.

Une fois votre application prête à l’emploi, l’ensemble des collaborateurs concernés devra être formé à son utilisation. À court et moyen termes, il sera important de faire un bilan régulier en dégageant les performances et les bénéfices de l’application pour votre entreprise mais aussi les éventuels éléments bloquants. Ce bilan permettra de cibler les points d’amélioration mais aussi d’analyser les nouveaux besoins et évolutions possibles.

 

Vous souhaitez développer votre application métier sur mesure ? N’hésitez pas contacter nos équipes au 04 72 18 03 60.


Ne ratez pas notre prochain article « Comment développer votre application web sur mesure ? » :

  • Application sur mesure ou application standardisée : que choisir ?
  • Rédiger son cahier des charges fonctionnel : optez pour la méthode Agile
  • Comment évaluer le coût de développement une application sur mesure ?

 

 

0

Digital

Une étude récente menée par l’organisme « Katar média » auprès de 25 000 français a fait émerger les nouvelles priorités et attentes des femmes et des hommes en tant que consommateurs. Il en ressort clairement qu’ils ont développé une attente bien plus forte à l’égard des entreprises et des marques qui nourrissent le paysage français de la consommation.

Cristallisé par ce cataclysme planétaire et inédit que nous traversons, ce sentiment en ressort encore plus exacerbé. Les consommateurs attendent des entreprises une accélération de leurs prises de positions sociétales et des moyens concrets qu’elles mettent en œuvre pour les réaliser. Faute de discours d’intentions, ils réclament des discours de preuves.


Le rôle des réseaux sociaux est central dans cette période. Outil d’échange, il permet de garder le lien en temps réel, de s’informer, de partager et ceci, dans les sphères privées tout autant que professionnelles. Les challenges, les bonnes initiatives, les fiertés, les analyses, on devient curieux de découvrir le home office des entreprises et la vie « trépidante » de ses collaborateurs en télétravail ! 

La question qui se pose aujourd’hui est celle de nos lendemains… 

Cette boulimie d’échanges deviendra-t-elle la nouvelle norme ? Devrons-nous garder avec nos clients ce lien quotidien et multiplier les publications ? OUI mais… Il s’agira d’être plus transparent et légitime dans nos échanges avec nos communautés. Inclure davantage la parole des collaborateurs, offrir un discours nettement moins promotionnel, au profit d’une lisibilité des valeurs et des engagements pour relever les grands défis sociaux. Et tout cela en toute transparence, aussi bien au sein de l’entreprise et dans son mode de fonctionnement (égalité, engagement, politique RH…) que vis-à-vis de ses clients/consommateurs (solidarité, impact environnemental, actions de soutien sur le territoire…).

Les entreprises gagnantes seront certainement celles qui auront digéré ces nouvelles attentes, intégré les enjeux, qui auront joué le jeu de la solidarité et de la transparence pendant cette période troublée, et qui feront perdurer les nouveaux réflexes d’une communication libre et engagée.

0

Blog

Dans le contexte de confinement actuel lié au Coronavirus, les relations entre vos équipes vont être amenées à évoluer. Que vos collaborateurs soient en télétravail, au chômage partiel ou en arrêt pour garde d’enfants, la principale difficulté de toute entreprise est de continuer son activité en évitant la rupture du lien avec ses équipes. Rappelons-le, une équipe c’est avant tout un groupe de personnes travaillant ensemble dans la même direction. Elle n’existe qu’au travers de ses valeurs, projets et objectifs collectifs. Alors que vos équipes soient virtuelles ou non, il est important pour votre entreprise mais aussi pour le bien-être de vos salariés se retrouvant isolés, de préserver le lien qu’il existe entre eux. L’agence Trait d’Union vous a sélectionné quelques idées de solutions collaboratives à distance à leur proposer !


1# Visio-escape, le team building à distance de l’agence Zen Organisation

Que ce soit par le biais d’activités physiques, ludiques ou créatives, les Team Building ont envahi le monde des entreprises depuis quelques années déjà. Leur objectif : favoriser le travail en équipe, créer des liens et améliorer l’ambiance au travail, en rassemblant les collaborateurs autour d’un objectif commun. En cette période de confinement, pour maintenir la cohésion de vos équipes, l’agence Zen Organisation vous propose un team building coopératif pouvant être réalisé de chez soi en télétravail. Le principe ? Un escape game virtuel consistant à résoudre des énigmes pendant un temps imparti. Par équipe de 3 à 6 personnes, les collaborateurs se réunissent sur une plateforme de visioconférence durant 1h. Ils devront interagir entre eux, se balader de pièce en pièce pour réaliser certains défis collaboratifs. Ils utiliseront des objets du quotidien et communiqueront sur les différents éléments qu’ils auront reçus en live pour résoudre les énigmes. Communication et observation seront des éléments clés pour la bonne réussite du jeu. Un game master accompagnera les participants tout au long de l’aventure. Il est maintenant, plus que jamais, important de montrer à vos collaborateurs l’importance du travail en équipe !

>> Plus d’infos sur www.zen-orga.fr



2# Coronamaison, le challenge Twitter pour illustrer son lieu de confinement idéal

#Coronamaison, c’est le nom du challenge lancé il y a quelques jours par plusieurs grands dessinateurs français à destination des artistes mais aussi des amateurs en arts graphiques. Le principe : représenter son espace de confinement idéal pendant cette crise du Coronavirus, sur le principe d’un « cadavre exquis ». Chaque participant doit dessiner un espace de vie en se basant sur le modèle de base fourni par l’illustrateur Timothy Hannem. À l’heure actuelle, où lieu de travail et lieu de vie ne font qu’un, vous pouvez proposer à vos collaborateurs ce type de challenge créatif. N’étant pas tous dessinateurs, vous pouvez leur proposer de représenter leur espace de confinement idéal à l’aide de n’importe quel outil : dessin, peinture, collage, découpage de magazine, logiciel Paint… Il s’agit ici d’une belle alternative aux challenges plus intrusifs demandant aux collaborateurs d’envoyer une photo de leur espace de télétravail. 
>> Plus d’infos sur www.printoclock.com/blog/coranamaison-challenge-twitter-illustrer-lieu-confinement-ideal



3# Les minis-événements digitaux de Tribalee® 

Tribalee est la start-up française leader du team building automatisé. Sa solution digitale, qui s’appuie sur un algorithme, organise toute seule et toute l’année une palette de mini-événements, comme des déjeuners entre collègues qui ne se connaissent pas ou des petits-déjeuners pour rencontrer la direction. Elle propose ainsi des opportunités de rencontres quotidiennes aux salariés, tout en supprimant les efforts d’organisation des managers. Pour répondre à l’appel du secrétaire d’Etat au numérique face à la crise du Coronavirus, Tribalee offre gratuitement son logiciel à toutes les entreprises en l’adaptant à un usage à domicile en visioconférence. Objectif : lutter contre l’isolement des salariés en télétravail et maintenir le lien entre les équipes. Ainsi, les rencontres ne se feront plus au restaurant du coin, mais de chez soi. La start-up propose aux entreprises françaises, quatre de ses mini-événements en utilisation gratuite et illimitée, pendant toute la durée de l’épidémie :

• Coffee Roulette® : des pauses-café ciblées entre collègues, pour lutter au quotidien contre la solitude du home office

• Random Lunch® : des déjeuners entre collègues qui ne se connaissent pas, pour rencontrer de nouveaux visages chaque semaine

• Breakfast With The Boss® : des petits-déjeuners avec un dirigeant, l’occasion d’un rendez-vous privilégié, interactif et informatif

• Baromètre : des mini-sondages pour savoir comment les équipes se sentent au fil du confinement.

Comment s’organisent les événements ? Le logiciel crée automatiquement les comptes de chaque salarié, puis les invite aux mini-événements en fonction des critères de rencontre choisis par les managers. Lorsqu’ils sont matchés par deux, par groupes ou avec l’équipe dirigeante, les collaborateurs sont invités à se retrouver sur le rendez-vous visioconférence de leur “match”.
>> Plus d’infos sur www.randomlunch.fr/blog/covid-19



4# Les formations en ligne de Google Atelier Numérique Nancy

Profitez de ce confinement pour proposer à vos collaborateurs de se former en équipe sur les outils digitaux. L’Atelier Numérique Google de Nancy vous propose des formations dédiées au numérique accessibles à tous, au travers d’un programme de formation 100% en ligne via des YouTube Live. Comment créer du contenu pour les réseaux sociaux, comment améliorer la visibilité de votre site internet, comment apprendre à coder à ses enfants avec CS first… autant de sujets qui pourraient intéresser vos équipes et votre entreprise. Vous pouvez également bénéficier gratuitement, par visioconférence, de conseils personnalisés avec un coach Google pour développer votre activité professionnelle sur Internet, avoir des conseils pour travailler efficacement à distance ou encore faire vos premiers pas sur Internet.
>> Plus d’infos sur events.withgoogle.com/ateliernancy/




5# Les Morning Talks de l’agence Brand and Celebrities 

Depuis plusieurs années, les marques font appel à des leaders d’opinion pour apporter du poids à leur communication. Créée en 2011, la start-up Brand and Celebrities a lancé la première plateforme dédiée au Celebrity Marketing. Elle permet aux marques et aux agences d’identifier, analyser et contacter les célébrités et experts les plus adaptés à leurs projets (ambassadeur de marque, conférence, événementiel…), jusqu’à la contractualisation. Aujourd’hui, elle propose plus de 9000 personnalités, influenceurs et experts. En cette période de confinement liée au Coronavirus, Brand and Celebrities vous propose ses Morning Talks. Le principe : réunir virtuellement vos collaborateurs autour de mini-conférences passionnantes animées par des intervenants et experts de renom. L’objectif est d’assurer la cohésion dans vos entreprises et stimuler l’intérêt et la curiosité de chacun. 

Quelques exemples de Morning Talks by Brand and Celebrities :

• Business : Décryptez l’actualité à la source grâce à un expert spécialisé (Hubert Vedrine, Christine Ockrent,…) dans le domaine et élevez-vous au-dessus des flux d’informations et de fake news qui vous entourent.

• Happiness : Comptez sur un spécialiste en philosophie, bien-être ou prise de recul pour galvaniser les troupes, même pendant cette crise. Vos équipes pourront, par exemple, profiter des conseils avisés d’Anne-Charlotte Vuccino, la célèbre yogiste, ou Boris Cyrulnik, le Pape de la résilience.

 Culture : Offrez-vous un moment d’évasion en ces temps de confinement grâce à des témoignages exceptionnels, comme ceux d’aventuriers (Jean-Louis Etienne, Sylvain Tesson…) et d’autres artistes dans tous les domaines culturels (musique, arts, cinéma…).
>> Plus d’infos sur www.brandandcelebrities.com

 


Enfin, si vous n’avez pas encore choisi de système de visio-conférence pour échanger avec vos collaborateurs, Etourisme.info vous propose un comparatif des différentes solutions disponibles (Zoom, Meet Google…) pour organiser au mieux vos réunions à distance. 
Et si vos collègues et votre lieu de travail vous manquent vraiment trop, cliquez sur imisstheoffice.eu, fermez les yeux et savourez ce retour à la normale !

0

Les épidémies ou les pandémies à caractère planétaire sont un sujet sensible pour les entreprises. Ce dernier l’est d’autant plus qu’aujourd’hui, les interactions mondialisées sont devenues la routine. Une maladie comme le Covid-19 est précisément le cas de figure épidémiologique qui suscite des fortes inquiétudes. Entre risques de contamination et potentielle désorganisation du fonctionnement de l’entreprise, les dirigeants – DRH et communicants en tête – sont en première ligne. Que dire ? Comment ? Jusqu’où ? Quand ? Autant de questions qui se bousculent et se superposent aux craintes des collaborateurs, eux-mêmes exposés à une information massive des médias classiques et des réseaux sociaux. 

Dans ce chaos informationnel, il y a néanmoins un point de départ incontournable : le Code du Travail. Ce dernier impose à l’employeur d’adopter « les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs » à travers des « actions de prévention des risques professionnels », des « actions d’information et de formation » et « la mise en place d’une organisation et des moyens adaptés ». Il existe donc un cadre référentiel sur lequel s’appuyer et prendre la parole auprès de ses équipes. Le gouvernement et les différents ministères (santé, travail, éducation nationale…) ont également édicté des directives, en plus des nombreux outils de communication mis à disposition sur Internet et des points presse. Autant de sources documentaires valides qui peuvent dès lors constituer la trame d’une stratégie de communication interne concernant le coronavirus et son évolution, à mesure que les jours s’écoulent. 

Avec les mesures de confinement annoncées par le gouvernement, le risque de perte de lien et de confiance entre les salariés et l’entreprise existe. Conseils pour l’éviter…

Pour les employeurs, il s’agit de réussir, même à distance, à préserver le lien avec les équipes, ce qui contribue à les rassurer et à leur transmettre l’esprit d’entreprise attentive et solidaire. En cette période d’incertitude liée à la pandémie de Covid-19, il est préconisé aux entreprises d’adapter leurs messages en permanence : communiquer seulement quand on est sûr d’avoir toutes les réponses, c’est pire que tout ; la seule vérité est celle de l’instant T. Actuellement, mieux vaut dire « on attend, on vous tient au courant » que de rester silencieux.

1# Informez au fil de l’eau

Rassurez d’abord vos salariés en les informant, au fil de l’eau, de l’impact des mesures gouvernementales sur les décisions et aménagements internes (télétravail, chômage partiel, congés imposés, etc.). Les outils numériques permettent la diffusion rapide de messages cruciaux. Cependant, il ne s’agit pas de remplacer les médias, ni de relayer des informations dont les sources ne sont pas vérifiées. Le but de ces informations est de rassurer, en expliquant comment l’entreprise va s’adapter et en précisant que la période actuelle est une pause et non un arrêt.

2# Désignez des personnes ressources

Le rôle du ou de la dirigeant·e est, plus que jamais, de prendre la parole. Il s’agit aussi de nommer un référent RH pour répondre aux questions relatives à l’organisation du travail, à la sécurité et à la santé. Et selon les besoins exprimés, d’orienter vers d’autres services (DSI, services généraux, assistante sociale…). La communication interne et le management de proximité jouent un rôle important de coordination des différents messages.

3# Recréez des moments conviviaux

Les outils numériques permettent de travailler le lien et de compenser la « distanciation sociale » — mot d’ordre actuel — par de la convivialité à distance. Par exemple, en organisant des visioconférences quotidiennes avec les collaborateurs et collaboratrices en télétravail, ou en leur adressant un message journalier et personnalisé, par courriel, SMS ou autre application. L’entreprise peut aussi organiser des challenges. Pourquoi pas le challenge « Mon espace de télétravail » ? Lancé par plusieurs sociétés, il consiste à poster des photos de son bureau maison sur les réseaux sociaux. Des interactions et conversations sont ainsi recréées de manière virtuelles et ludique.

 

4# Adaptez votre communication à tous les publics de l’entreprise

Il y a les salariés éligibles au télétravail et habitués à ce mode d’organisation, et celles et ceux qui le découvrent dans des conditions exceptionnelles. Pour beaucoup d’entre eux, travailler à domicile demande de composer avec la présence d’enfants ; saluer leur adaptabilité par des messages encourageants contribue au maintien du lien et de la motivation. Quant aux salariés non éligibles au télétravail, pensez à les remercier de leur engagement pour leur présence dans les locaux de l’entreprise ou sur le terrain. Votre entreprise comme d’autres qui l’ont déjà mis en place, peut décider d’accompagner psychologiquement les salariés les plus anxieux. Pour cela il suffit de prévoir via un numéro vert l’assistance d’un psychologue dédié au soutien de vos troupes. 

5# Envoyez des signes de reconnaissance

Il convient d’adapter la communication interne à différents publics, sachant que les collaborateur·trices n’exercent leur métier ni dans les mêmes conditions, ni avec les mêmes usages numériques. Dans certains secteurs industriels par exemple, où le personnel n’a pas forcément d’adresse mail, la mise en place d’une hotline est nécessaire. L’usage du papier est aussi une bonne solution pour communiquer toute l’année et encore plus en cette période.

6# Anticipez et préparez votre communication d’entreprise 

Il s’agit enfin de préparer le retour à la normale, même sans savoir quand il aura lieu. Nous avons actuellement le temps de réfléchir aux messages et aux outils de communication dédiés à l’interne (print/web). Nous pouvons combiner l’usage du print et du web qui se complètent avec efficacité. Profitez de cette période pour préparer votre plan de communication interne post crise. Retours d’expérience, partage des bonnes pratiques, proposition de nouveaux modes de fonctionnement en interne… Les crises majeures nous obligent à nous remettre en cause et à avancer, alors avançons ensemble !

 
 
 

Sources : Olivier Cimelière, Directeur Adjoint ESJ Pro Entreprise / Sophie Girardeau, Journaliste, conseil éditorial, auteur





0

Non classé

Face à l’épidémie mondiale de Coronavirus COVID-19, notre gouvernement a pris la décision de passer au stade 3 du plan de lutte contre cette crise sanitaire. De nombreuses entreprises françaises ont été dans l’obligation de fermer leur établissement ou de tourner au ralenti, mettant ainsi leurs salariés en télétravail ou en chômage partiel. Bon nombre d’entre nous se posent la question : mon entreprise doit-elle continuer à communiquer durant cette période de crise ? La réponse est oui, plus que jamais ! Voici 6 conseils pour une communication adaptée à la situation que nous vivons.


1# Rassurez vos collaborateurs 

Si vous êtes dirigeant d’entreprise, informez en toute transparence vos collaborateurs des mesures qui vont être mises en place dans leur entreprise durant cette période de crise. Est-ce qu’ils seront en télétravail ou en chômage partiel ? Quel en sera l’impact sur leurs revenus mensuels ? Qui va leur verser leur salaire si l’entreprise ferme ? Vos employés vont légitimement vous interpeler sur toutes ces questions et il est essentiel que l’entreprise puisse y répondre de manière sécurisante. Faites preuve de précision et informez le plus tôt possible chaque collaborateur, afin qu’il puisse prendre les dispositions nécessaires en toute sérénité. Si vous n’avez pas encore l’information, dites-leur que vous prenez toutes les dispositions afin d’avoir une information exhaustive et pouvoir les leur communiquer dès que possible. Une bonne communication les informera, les rassurera, et évitera des situations anxiogènes qui s’ajouteraient à celles déjà générées par les médias. Vous souhaitez sans doute également maintenir vos équipes soudées durant cette période difficile… Faites en sorte de garder le lien entre vos collaborateurs isolés chez eux : proposez-leur de réfléchir ensemble à des axes d’amélioration pour leur entreprise, mais aussi pour les missions propres à chacun, via des questionnaires, des brainstorming, des visio-conférences.  Suggérez-leur des challenges collaboratifs ludiques : des sessions de sport en live, des jeux de société en ligne… c’est le moment d’agir ensemble même si l’entreprise est à l’arrêt !


2# Informez vos clients

Quel que soit votre secteur d’activité, vous avez sûrement des projets en cours avec vos clients, des commandes à honorer qui ne pourront peut-être pas être livrées… Même si la santé est au cœur de toutes les réflexions, communiquez auprès de vos clients sur la vie de votre structure durant cette période de crise : la fermeture ou non de votre entreprise, le maintien de vos livraisons, qui contacter en cas de besoin… Et si vous maintenez votre activité, rassurez vos clients sur les mesures prises pour éviter toute contamination : rotation des équipes, lavage des mains réguliers, livraisons sans contact…


3# Adaptez votre discours à la situation

Une crise sanitaire est une période difficile où chacun d’entre nous s’inquiète pour sa santé et celle de ses proches. Votre entreprise doit rester présente en termes de communication, mais pensez à limiter les messages commerciaux, ce n’est pas le bon moment. Privilégiez les messages de soutien, invitez vos lecteurs à suivre votre actualité sans pour autant vendre vos produits. Vos interlocuteurs doivent vous percevoir comme une marque positive et humaine. Si l’actualité est favorable à l’activité de votre entreprise (entreprise de livraison de courses par exemple), communiquez de manière judicieuse et subtile en montrant que vous pouvez apporter des solutions. Vos clients ne doivent pas penser que vous profitez de la situation. Enfin, et surtout, communiquez de façon positive ! Cette situation est suffisamment anxiogène par elle même. Soyez positifs et apportez des solutions, sans rentrer dans le jeu de certains médias qui ressassent en boucle un message mortifère. Proposez des divertissements, des jeux en ligne en rapport avec votre activité ou des services gratuits pour aider les personnes à mieux vivre leur confinement. Ainsi, vous améliorez indéniablement votre image de marque, montrez votre présence en période de crise et créez du lien avec votre communauté. 


4# Utilisez de nouveaux moyens de communication

Si vous utilisiez les canaux de communication traditionnels (affichages publicitaires, arrêts de bus…), inutile de vous dire que leur impact sera faible en ce moment. Heureusement, la communication digitale met à votre disposition des outils de communication totalement gratuits et fréquemment consultés en cette période de confinement, tels que les réseaux sociaux, les articles de blogs (voir rubrique « pourquoi créer son blog d’entreprise? ») et les newsletters. N’hésitez pas à développer ce type d’outils, qui ont un véritable intérêt dans le domaine de la communication, et si vous ne les utilisiez pas, c’est le moment idéal pour les approfondir. 


5# Profitez-en pour faire un point

Votre activité marche au ralenti, voire est à l’arrêt ? C’est peut-être le bon moment pour se poser et traiter des sujets de fond qui n’ont pas toujours le temps d’être abordés. Prenez du recul et pensez aux axes d’amélioration que vous pourriez apporter à votre entreprise dès que la reprise sera là. N’hésitez pas à questionner vos clients via les réseaux sociaux ou à inviter vos collaborateurs à réfléchir aux questions qu’ils n’ont jamais eu le temps d’approfondir en période de pleine activité.


6# Soyez prêts pour la reprise

Bien heureusement, toute crise a une fin et lorsque l’activité reprendra, il faudra que vous soyez prêts, plus fort que jamais. En période de pleine activité, le domaine de la communication est parfois mis de côté au profit de missions considérées comme prioritaires. Cette période de confinement est l’occasion de mettre en place un plan de communication stratégique sur le moyen terme, voire le long terme, ce qui vous permettra d’attaquer la reprise de l’activité l’esprit plus libre. Tout ce que vous aurez entrepris aujourd’hui, ne sera plus à faire demain ! C’est peut-être aussi le moment de refaire votre site internet ou d’en changer le contenu, de réfléchir à de nouveau supports de communication… Avancez sur tous les projets qui peuvent se faire à distance.

 


En bref, COMMUNIQUEZ. Que ce soit dans votre vie professionnelle ou dans votre vie personnelle, gardez le lien avec vos clients, vos collaborateurs mais aussi avec vos proches, appelez-les et prenez des nouvelles, vous en sortirez plus forts.

0

PREVIOUS POSTSPage 1 of 2NO NEW POSTS